Representation Matters – Part I: Stereotypes

French actor Omar Sy and his cesar
French actor Omar Sy and his cesar

The way that  people of colour are represented by white people has always come with a lot of negative stereotypes, even before the creation of visual communication media. You just need to open a history book to notice it.

Old advertisement for a French Brand of chocolate powder. The brand still exists and the ad too, but they removed the bananas, we are in 2016, come on …
Old advertisement for a French Brand of chocolate powder. The brand still exists and the ad too, but they removed the bananas, we are in 2016, come on …

Nowadays, even if the minds have changed a little bit, those stereotypes are still being fueled by the media. In a world where the big media corporations are in the hands of white people, the representation of people of color is a big issue, especially in movies and series.

What you don’t see, doesn’t exist, and to invisibilize people of color in  movies and series is a strategy to invisibilize them in society in general. For instance, black kids who live in country dominated by white people grow up without seeing themselves on TV and without having positive role models since the few roles given to black people are negatively stereotyped: gangster, drug dealer, abusive husband, hypersexual woman/ prostitute, constantly- happy-black- person -who –loves- to- dance -and –entertain- other- people etc. and this has negative consequences on their self-esteem.

In France for instance, there are few black actors and those who have success often play stereotyped roles. This is very noticeable in the trajectory of the French actor Omar Sy. He started with comedy shows and I really liked him back then, but since he started to play in movies, he let himself get trapped in very stereotypical roles, to the point that I wonder whether he does it on purpose, because it’s impossible not to notice. He won a Cesar (the French equivalent of the Oscar), playing the role of a poor uneducated black man from the suburbs of Paris (Suburbs = ghetto in the French common psyche, although this is a stereotype too), who starts to work as a domestic for a wealthy white man who lives in a wealthy area of Paris. The French movie industry gave him an award because this role perfectly corresponded to the most common stereotype of black men in this country. After this role, he played the role of Samba, an illegal immigrant and in his last movie, he plays the role of the <<chocolate clown >>. It would be funny if it wasn’t sad, and I am afraid of imagining what will be his next role.

On the contrary, since he started a career in the US, he played an X-man and a successful cook. I am not saying that the US is the perfect country when it comes to the representation of people of color, but on those issues this country is ahead of the others, at least on the discussion about the representation of people of colour in the cinema industry (e.g the recent Oscars controversy). In France we are far from having a controversy or even a conversation on the subject.

In her speech when she won an Emmy award for her role in the series How To Get Away With Murder, Viola Davis said : <<You can’t win an Emmy for roles that are simply not there>>. This statement is not completely true, before her black women have won awards, but for stereotyped roles (slave, domestic worker, single abusive mother etc.). On the contrary, Viola won her Emmy for the deep and complex role of a sharp lawyer and law teacher, in a series that is produced by Shonda Rhymes, a black woman known to produce series with interesting roles for women of color (she’s also the producer of the series Scandal).

Viola Davis et son emmy, you go girl !
Viola Davis et son emmy, you go girl !

This shows us that the stereotypes about people of color are often due to the fact that the people who write the scripts and produce the movies and series are white, and hence perpetuate-consciously or not- old racist and colonial stereotypes. When they are obliged by the quotas to put people of color in their series and movies (at least in the US), they create uninteresting and shallow characters, like the character of the only black guy in the series New Girl.

People of color in the movie industry exist, they are many and they are trying to write, build and produce their own stories and narratives, far away from stereotypes. But they are rarely given opportunities because those who own this industry are not willing to change the way they see people of color and the way they want them to be seen.

The case of the movie <<Bande de filles >>

The actresses and the director of the movie Bande de filles. I had the same look on my face when I watched the movie.
The actresses and the director of the movie Bande de filles. I had the same look on my face when I watched the movie.

Bande de filles is a French movie that features 4 young black women in the leading roles, which is very rare in France. When the movie came out , it was promoted as a progressive and revolutionary movie just because the actresses were black (except that in France in 2015, having 4 black actresses in leading roles is not being progressive but being late, just my opinion).

Since I am used to stereotyped roles and since the (white) director appeared on TV bragging and congratulating herself for making a movie with black women, I had my doubts about that movie even before seeing it. Guess what? I was right. The movie went way beyond my expectations: it is so full of stereotypes to the point that it becomes ridiculous. It is the classic White Gaze* about the suburbs: a poor black girl teenager is mistreated by her older brother, has no parental presence in her life and ends up selling drugs.

This is the trap of representation: when the movie industry doesn’t invisibilize people of color, it pretends to be progressive when the only thing it does is reinforcing well established stereotypes. However, there is something maybe more insulting than stereotyping and invisibilizing people of color in movies and series. It is what is called <<whitewashing >>, which consist in casting white actors to play roles made for actors and actresses of color. And this will be the subject of the second part of this article.

*Having a White Gaze is seeing the world with the eyes of a White person. 

—————————–

FRENCH TRANSLATION BELOW

—————————–

Omar Sy et son césar
Omar Sy et son César

La façon dont les personnes racisées sont représentées par les personnes blanches a toujours comporté beaucoup de stéréotypes négatifs, avant même la création des supports de communication visuelle. Vous avez juste besoin d’ouvrir un livre d’histoire pour le remarquer.

Vieille publicité pour une marque française de chocolat en poudre bien connue. La marque existe toujours et l'annonce aussi, mais ils ont enlevé les bananes, nous sommes en 2016, voyons .
Vieille publicité pour une marque française de chocolat en poudre bien connue. La marque existe toujours et l’annonce aussi, mais ils ont enlevé les bananes, nous sommes en 2016, voyons .

Aujourd’hui, même si les mentalités ont un peu changé, ces stéréotypes sont encore alimentés par les médias. Dans un monde où les grands groupes de médias sont dans les mains de personnes blanches, la représentation des personnes racisées est un gros problème, surtout dans les films et séries.

Ce qu’on ne voit pas n’existe pas et invisibiliser les gens de couleur dans les films et les séries est une stratégie pour les invisibiliser dans la société en général. Par exemple, les enfants noirs qui vivent dans des pays sous domination blanche grandissent sans se voir à la télévision et sans avoir des modèles positifs car les quelques rôles donnés aux personnes noires sont stéréotypés négativement: gangster, trafiquant de drogue, mari violent, femme hypersexualisée/prostituée, personne-noire-toujours-de-bonne-humeur-qui-adore-danser-et-faire-rigoler-les-autres etc. Cela a des consequences négatives sur leur estime de soi.

En France par exemple, il y a peu d’acteurs ou d’actrices noires á succès, et ceux qui en ont jouent souvent des rôles stéréotypés. Ceci est très visible dans la trajectoire de l’acteur français Omar Sy. Il a commencé avec des spectacles d’humour que j’adorais á l’époque, mais depuis qu’il a commencé à jouer dans des films, il s’est laissé piéger dans des rôles très stéréotypés, au point que je me demande si le fait exprès parce que très sincèrement, c’est impossible de ne pas le remarquer.

Il a remporté un César pour le rôle d’un jeune homme noir, pauvre, sans éducation, de la banlieue qui commence à travailler comme domestique chez un homme blanc, riche, du centre de Paris. L’industrie du cinéma français lui a donné cette récompense car ce rôle correspondait parfaitement au stéréotype le plus commun sur les hommes noirs et la banlieue. Après ce rôle, il a enchainé avec le rôle de Samba, un immigré sans papier et dans son dernier film, il joue le rôle du clown << chocolat >>. Ce serait drôle si ce n’était aussi pas triste et j’ai peur d’imaginer ce que sera son prochain rôle.

Au contraire, depuis qu’il a commencé une carrière aux États-Unis, il a joué un Xmen et un cuisinier succès. Je ne dis pas que les États-Unis sont le pays parfait quand il s’agit de la représentation des gens de couleur, mais sur ces questions ce pays est en avance sur les autres. Du moins en ce qui concerne la discussion sur la représentation des personnes racisées au cinema (exemple : polémique récente sur les Oscars). en France on est loin d’avoir une polémique ou ne serait-ce qu’une discussion sur le sujet .

Dans son discours de victoire aux Emmy award, récompense qu’elle a gagné pour son rôle dans la série Murder ; Viola Davis a déclaré: << Vous ne pouvez pas gagner un Emmy pour des rôles qui sont tout simplement pas là >>. Cette déclaration n’est pas complètement vraie car auparavant les femmes noires ont remporté des prix, mais pour des rôles stéréotypés (esclave, travailleuse domestique, mère célibataire abusive etc.). Au contraire, Viola a remporté son Emmy pour un rôle profond et complexe, celui d’une avocate et professeure de droit, dans une série qui a été produit par Shonda Rimes, une femme noire connue pour produire des séries avec des rôles intéressants pour les femmes de couleur (elle est aussi la productrice de la série scandal).

Viola Davis et son emmy, you go girl !
Viola Davis et son emmy, you go girl !

Tout ceci nous montre que les stéréotypes sur les personnes racisées sont souvent dus au fait que les personnes qui écrivent les scripts et produisent les films et les séries sont blanches, et donc perpétuent-inconsciemment ou non – de vieux stéréotypes racistes. Et lorsque celle-ci sont obligées par les quotas à mettre des gens de couleur dans leur série et des films (du moins aux États-Unis), ils créent des personnages inintéressants et peu profonds, comme le personnage du seul noir dans la série New Girl.

Les gens de couleur dans l’industrie du film existent, ils sont nombreux et ils écrivent, construisent  et  essaient de produire leurs propres narratives, loin des stéréotypes. Cependant, leurs opportunités sont limitées car ceux qui possèdent cette industrie ne sont pas prêts à changer leur façon de voir les personnes racisées et de la façon dont ils veulent qu’elles soient perçues.

Le cas du film << Bande de filles >>

Les actrices et la réalisatrice du film Bande de filles. Je faisais exactement la même tête en regardant le film.
Les actrices et la réalisatrice du film Bande de filles. Je faisais exactement la même tête en regardant le film.

Bande de filles est un film français qui a 4 jeunes femmes noires dans les rôles principaux, ce qui est très rare en France. Lorsque le film est sorti, il a été promu comme un film progressiste et révolutionnaire juste parce que les actrices étaient noires (sauf qu’en France en 2015, avoir 4 actrices noires dans les rôles principaux ce n’est pas être progressif, mais être en retard, c’est juste mon avis).

Puisque nous sommes habitués à des rôles stéréotypés et que la réalisatrice (blanche) est apparu à la télévision s’autocongratulant d’avoir fait un film avec des femmes noires, j’ai e eu mes doutes sur ce film avant même de l’avoir vu. Et devinez quoi? J’avais raison, ce film est allé bien au-delá de mes attentes: il est tellement rempli de stéréotypes que cela en devient ridicule. C’est le classique White gaze * sur les banlieues: une pauvre adolescente noire du ghetto est maltraitée par son frère aîné, n’a pas aucune présence parentale dans sa vie et finit par vendre de la drogue.

Voilà le piège de la représentation: quand l’industrie du cinéma n’invisibilise pas les personnes racisées, elle fait semblant d’être progressiste alors qu’elle ne fait que renforcer des stéréotypes bien établis. Cependant, il y a quelque chose de peut-être plus insultant que le renforcement des stéréotypes et l’invisibilisation des gens de couleur dans les films et séries. C’’est ce qu’on appelle le << whitewashing>> ou le blanchissement, pratique qui consiste à utiliser des acteurs blancs pour jouer des rôles faits pour des acteurs et des actrices de couleur.

Ceci fera l’objet de la deuxième partie de cet article.

* Avoir le <<White gaze>> c’est voir le monde avec les yeux d’une personne blanche.